;

Copie de Logo 1

 

 

 

J'ai parlé aux chiens bien avant de parler aux hommes. Ils m'ont structuré, fabriqué. C'est pour parler d'eux que j'ai pu parler.

J'ai su très vite combien ils m'étaient indispensables. Au même moment, je prenais conscience que la faille abysalle de mes lacunes affectives devait faire de moi quelqu'un d'extrêmement vigilant.

Il devenait évident que si je ne faisais pas attention, mes chiens joueraint le rôle des doudous inexistants de mon enfance.

 

 

 

 

 

 

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Préambule à l'attention de celles et ceux qui
ne prendraient pas le temps de lire ou qui liraient
n'importe quoi et n'importe où...

Le Border collie est un hyper-réactif, pas un hyperactif
(il n'a pas de
troubles de la concentration par exemple).
Sauf si crées par l'homme...

Résultat d'une sélection poussée à l'extrême,
son équilibre passe par une palette de propositions qui
(comme trop souvent écrit) ne reposent pas toutes sur une dépense physique.

Qu'un Border collie éprouve le besoin de se dépenser est une évidence.
Que l'on puisse penser répondre aux besoins vitaux d'un
Border collie en lui demandant de nager, de courir, de ramener des balles, des bâtons... est une aberration.

Si l'équilibre du Border collie est directement lié à la sollicitation, le plus grand frein à son épanouissement reste et demeure la solitude. Il est puissamment sociable et viscéralement lié à sa famille d'adoption.

Si vous pensez que votre chiot Border collie est un hyperactif, soyez sûr qu'il le deviendra...

 

                                                          __ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ __

 

raoul1 

 

 

 

 

Je suis né en 1960 sur une exploitation agricole de
Seine et Marne où mon père Philippe et ma mère Christiane conduisaient en sélection un troupeau de 500 brebis
"Ile de France".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La même année, pour le prix de son salaire, mon père achète son premier Beauceron.
Celui-ci met fin à une série de chiens plus ou moins approximatifs.
Il m'offre à quatorze ans mon premier Bas-rouge et me fait le superbe cadeau de ne jamais intervenir dans ma façon
de travailler les chiens. J'ai élevé des moutons et parallèlement dressé des Beaucerons durant quinze ans.

'Je te dois tout ce que j'aime'. Ce sont les derniers mots que j'ai adressé à mon père quelques jours avant sa mort.
Nous savions tous les deux que nous ne nous verrions plus, mais je partais avec la certitude qu'il avait 'reçu' mon message d'amour.
Que je le veuille ou non, je dois à ce père alcoolique et violent mes addictions les plus fortes; les chiens, les moutons, la terre...et le tabac !

Merci à toi mon vieux...